Le droit de bouchon

Une tradition, pas une obligation !

Le « droit de bouchon » tire son origine d’un problème de justification auprès de l’administration fiscale. Pour faire simple, il est impossible pour un restaurateur qui a autorisé ses clients à ramener et à consommer leurs propres vins, d’en conserver une trace (document d’accompagnement simplifié ou capsule). Cette situation est en théorie condamnable, bien qu’il n’existe aucun texte de loi sur la question.

Les restaurateurs et traiteurs ont donc instauré une pratique commune qui est celle du « droit de bouchon ». Le fait de facturer le client leur permet de conserver une justification à la consommation de bouteilles ramenées de l’extérieur et non achetées par eux-même.

Ils justifient aujourd’hui ce « droit de bouchon » par le service et le manque à gagner, chaque bouteille étant ouverte fait l’objet d’une somme forfaitaire: un bouchon égal tant !
D’où l’expression « droit de bouchon ».

Les dernières heures du droit de bouchon : pourquoi?

  • La baisse du pouvoir d’achat.
  • Le fait que le droit de bouchon n’a aucune justification légale et qu’il relève de la seule coutume.

Enfin, pour les derniers traiteurs qui le demandent, n’hésitez pas à leur demander poliment mais fermement de l’enlever. Le reste de vos concitoyens leur demande souvent et l’obtiennent toujours !